Notes pour un Petit manifeste intérieur de MARCHANDISE & Cies.

Au 28 janvier 2016...

"pour un autre état d'urgence"

 

 

Partir de la nécessité, de ce qui se meut, entre nécessité intérieure, artistique KANDISKY, et citoyenne, en réaction au devenir, au constat quotidien de la gueule du monde ; et le temps de « la volonté de la puissance », de « sa présence au monde » ONFRAY ; fin de la tyrannie du monde pour une trajectoire existentielle, « Se créer liberté »NIETZSCHE  dans l'appropriation d'espace de contre-temps, d'action, et finalement de paroles, en Acte de résistance, dans ce que j'appellerai une REAL POETRY, dans sa détermination de sa libre expression.

 

DADA : « Jamais on n'avait vu à ce point les artistes oublier leur ego, et faire autant pour secouer les valeurs culturelles bourgeoises traditionnelles » en tous ressentiments distingués et de discrépance affichée (sensations, avis qui ne s'accordent pas) mais en vue (math.)propriété qui se caractérise le fait d'emplir l'espace dans toutes les directions possibles.

 

Sans une recherche d'un langage formel et esthétisant, mais sur l'emprunt, le détournement, … « et faire exister cela plutôt que rien ». Sortir de la séduction des sens physiques, dénouer les goûts et user du Contre-Kitsch.

 

Ironie, vraie liberté...PROUD'HON, avec l'essence du doute dans le moteur...

 

DEULEUZE/SARTRE, sans quiétisme (attitude des gens qui disent:les autres peuvent faire ce que je ne peux pas faire), de mauvaise foi, d'excuse au non-engagement...  « l'existentialisme est un optimisme, une doctrine de l'action...la seule chose qui compte c'est de savoir si l'invention qui se fait, se fait au nom de la liberté ».

 

DROITS CULTURELS, et CONVIVENCIALIDAD, ILLICH, la question est d'être acteur de son parcours de connaissances, choix, appropriations, critiques, et non pas, ou plus d'être simple spectateur et consommateur de cultures, portées par ceux qui savent ce qui est bon ou pas pour toi.

S’inscrire dans un processus de création, dans un rôle professionnel ou amateur, revient à partager pleinement la contemporanéité d'une œuvre, « dans la responsabilité totale de son existence »...ou sur des axes de réflexions sociétales.

 

Capacitation (changement de l'individu par lui même, de sa destinée économique, professionnelle, familiale et sociale, ou processus qui le permet. Syn. empowerment) etrésilience : CONFICIUS « Ne vous souciez pas d'être sans emploi ; souciez-vous plutôt d'être digne d'un emploi. Ne vous souciez pas de n’être pas remarqué ; cherchez plutôt à faire quelque chose de remarquable » « Quelques critiques que puissent être la situation où vous vous trouvez, ne désespérez de rien ; c'est dans les occasions où tout est à craindre ; c'est lorsqu'on est environné de tous les dangers, qu'il faut ne redouter aucun ; c'est lorsqu'on est sans aucune ressource, qu'il faut compter sur toutes ; c'est lorsqu'on est surpris, qu'il faut surprendre l'ennemi. »

 

Mouvement d'une Contre-culture, sur l'héritage des romantiques... « S'il veut être en paix avec lui même, un musicien doit faire de la musique, un peintre de la peinture, un poète écrire. »

 

« Être le législateur de sa propre vie » KANT

 

et participer à une mutation et une recréation du mot culture, n'ayant de sens que dans la pluralité, des coexistence de mondes intérieurs, dans la création de communautés dans l'esprit de troupes, de compagnies, crées sur les bases d' « une amitié qui résulte sur de faible degré d'opposition entre des êtres individuellement divers » SENANCOUR.

 

Fort de l'expression de son individualité, au sein d'un altruisme de proximité immédiate et hédoniste (relations humaines et communautaires), armé désormais de son inscription à cet extérieur, permettant d'élargir ses cercles de compréhension et d'affrontement envers d'autres tribus individuées (transindividuation collective STIEGLER et des partenariats affichés), sans tomber dans l’absorption grégaire d'une masse démocratique unitaire, des forces des partis toujours inscrites dans la verticalité, en vue du pouvoir et de ses travers.

 

Faire lever les peurs, Neri presagi di Parigi la libertà è diventata un dolore, Noirs présages de Paris, la liberté est devenue une douleur.

En distance et en toute conscience du monde (en son état), discernement vital des à vis de son histoire en marche qui nous dépassera toujours, l'important est d'être partisan GRAMSCI « je vis, je suis partisan. C'est pourquoi je hais les indifférents » mais la critique médiatisée, des mouvements d'opinion, de sondage, d'obscurantisme politique et de propagande des mass-média ne peuvent conduire qu'à la dangerosité des attitudes nationalistes et partisane d'UNE France, qui n'est pas LA France que j'aime, celle de ses beauté, de ses fragilités et de sa bienveillance à l'égard d'un art de vivre.

(À définir plus longuement)

 

Aux artistes pour qui leur travail est intrinsèquement une affaire sensuelle et personnelle, et «  de définir ce qui pourrait être une connaissance intuitive et en définissant la « culture »(avec les autres) comme une création de synthèses de l'infini connaissances des hommes. » REZVANI

 

 

 

Aussi, « tout être humain a le pouvoir de créer, de se transformer, de vivre plusieurs vies. Nous sommes pas unidimensionnels, mais au contraire, multiples, créatifs... »REZVANI encore.

 

Activer des émergences, E. MORIN, dans des capacités de synthèses, hic et nunc, ici et maintenant, tout de suite et sur la champ, et une mise en relation entre ses connaissances et ses pouvoirs d'action.Le CONVIVIALISME, et en finir avec l'individu narcissique, désabusé, la fuite en avant, hors de soi. Vivre une existence poétique, et non mécanique, de l'avoir, et de la convoitise ; « sobriété heureuse ».

 

Dans son existentialité propre, de son individuation ( qui permet à chacun d'affirmer au mieux son individualité singulière en devenir), dans les contre-temps évoqués, dans la conscience d'un perpétuel mouvement et d'adaptation, dans une capacitation en pleine « intersubjectivité associée », le fait d'agir, et dans l'effervescence des moyens mis en œuvre collectivement, sur différents objets (ici, essentiellement voués à l'expression poétique, artistique, d'humour et de dérisions), « agissant comme remède « à la crise » existentielle, économique, environnementale,  « l'exagération surgit là où l'infigurable domine. Dans un monde où le pouvoir se déguise en des créatures innocentes, l’exagération est l'unique moyen de le figurer dans son véritable aspect. » BEGOUT ; d'un « pharmakon » entre individu et société, du fait de sa contribution (humaine ; de savoirs faire, savoir être et matérielle ; actions et apports physiques) et s'agira de valoriser budgétairement les forces vives (retirées abusivement des budgets de financements actuels et du PIB)

 

Ainsi MARCHANDISE & Cies dans ses finalités, se veut dans l'expression même de ses moyens, une expérimentation sociale, culturelle et artistique qui cherche dans l'intégrité de sesvaleurs altruistes, de justice et de bonté, à créer et tendre à « la plus parfaite de toutes les œuvres d'art...(qui) est l'édification d'une vraie liberté politique ».

 

Pour répondre à la question de Marx JULIEN lors de correspondances, La bonté est insurrection laisse entendre Chalamov…Mais la bonté est dans quel camp ?

 

Mais dans celui de la volonté de ceux qui construisent et se construisent dans une définition du moment VIE, en toute légitimité de leur souveraineté, à tenter d'être liberté ; dans une véracité hédoniste, non pas de plaisirs, de facilités et de désirs convoités, mais dans une réjouissance propre et partagée, pour des retombées claires, pour une éducation du monde sur le chemin d'un surhumanisme nietzschéen .

 

Henri LEFEVRE :  « à définir un nouveau romantisme révolutionnaire concentré dans l'art produire des situations, dans la volonté de promouvoir une théorie des moments, doublé par un pragmatisme célébrant des actes et des actions qui visent à rendre plus flagrant le désaccord entre l'individu fou de liberté et le monde libéral dévoreur de substances vitales singulières. »

 

MARCHANDISE & Cies, fret artistique, comme un centre culturel en mouvement et de conjugaisons productives : atelier, stage conférence, exposition, concert, cinéma ; dans une dynamique du provisoire et qui en accepte le défi.

Dans une organisation spatio-temporelle et des planning en free-lance, entre contributions et d'accumulations d'expériences grâce à l'ensemble des adhérents.

 

Et s'approprier les espaces collectifs, outils républicains, en vue des politiques culturelles ébranlées, extension des publics , « transversalité sociale » sur des valeurs artistiques et originales, médiation, relais, « faire rentrer les contradictions » dans le cœur de la vie politique et des territoires.

GLV

  • Facebook Clean